Glauque (BE)

Réputée pour son calme plat et sa bonhomie « à la belge », la ville de Namur est le terrain de jeux de l’un groupe le plus intriguant du moment. Sur la carte des musiques actuelles, Glauque marque le territoire de son identité forte.  Ouverte aux expériences électroniques, la formation modifie l’ADN du hip-hop et explose les codes de la chanson française.

A la tête de leur propre label Ecluse, les cinq garçons s’affranchissent des codes pour défendre les valeurs d’une esthétique différente, vraiment radicale.   En phase avec ses convictions, persuadé du bienfondé de sa démarche, le groupe mise sur l’artisanat, les compétences individuelles et un esprit d’équipe indéfectible. Cette maîtrise totale sur la production se matérialise aujourd’hui sous les coups de pinceaux apposés sur la pochette d’un premier E.P. sans concession. Baptisé ‘Glauque’, l’objet retrace la genèse du projet en cinq morceaux essentiels.

Chez Glauque, le processus créatif est hyper instinctif. Chacun apporte sa sensibilité, ses influences, son esthétique. Ce flux continu d’idées neuves esquisse les contours d’une musique libre, hybride, totalement décomplexée. Groupe tout-terrain, collectif hors-catégorie, Glauque se faufile entre algorithmes et fils d’actualités pour établir ses propres vérités. Ancrée au cœur d’une société hyperconnecté, la formation joue sur le double sens de son nom. Entre la couleur vive de l’eau de mer et l’indéfiniment désespérant, l’univers de Glauque repose sur des contrastes saisissants. Ainsi, à travers sa musique, le groupe cristallise les paradoxes de l’époque. Au croisement des progrès technologiques, de défis écologiques et d’une humanité en danger, le monde des fake news n’est pas forcément celui que l’on voit. Comme chez George Orwell ou Philip K. Dick, la réalité de Glauque entretient des liaisons avec la dystopie et les récits de science-fiction.

Avant de passer au chapitre suivant, Glauque pose les jalons du récit. Au-delà de l’euphorie et de prémices captivantes, ce premier enregistrement laisse surtout planer les promesses d’un futur sans temps mort.